Maire teste accessibilité fauteuil

La problématique de l’accessibilité

L’accessibilité des voieries et des espaces publics demeure un véritable défi et pour permettre l’inclusion de chaque citoyen à la participation sociale.

Tout le monde ne peut pas se déplacer d’un point A à un point B, sans que son parcours soit semé d’obstacles à surmonter. Les personnes en situation de handicap et de mobilité réduite connaissent les limites de l’accessibilité de l’espace public.

Pour assurer l’égalité des droits et des chances, la loi évolue en apportant les clés pour une accessibilité généralisée. Devenue aujourd’hui un enjeu majeur pour les aménageurs, la mise en accessibilité pose une question : Comment prendre en compte l’accessibilité dans l’aménagement de l’espace public ?

Pour améliorer l’accessibilité de l’espace public, les villes multiplient les expérimentations techniques. Elles s’appuient sur le réseau déconcentré du centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema).

Lors de la semaine de l’accessibilité (organisée du 28 mai au 1er juin), le Maire de la ville d’Auch n’a pas hésité et s’est saisi de la question en expérimentant lui-même l’accessibilité de ses rues en fauteuil roulant. Accéder à l’espace public, c’est à la fois accéder physiquement à un lieu et accéder à l’information qu’émet un lieu.

Le projet de la ville D’Auch

Odile Le Galliotte, la directrice APF France handicap 32, a proposé à Christian Laprébende, Maire de la ville d’Auch de tester la circulation en centre-ville sur un fauteuil roulant. Cette action dans le cadre de la Semaine de l’Accessibilité, réunissait l’AFM Téléthon, l’AHA du Gers, APF France handicap, Handisport 32, GIHP et Rétina France.

Le maire, des élus et des membres du personnel municipal ont découvert la rue à hauteur de fauteuil roulant, et en fonction des situations handicapantes rencontrées par le piéton, selon la déficience. Ainsi, ils ont porté des lunettes spéciales et des bouchons d’oreille adaptés, afin de comprendre les problèmes rencontrés par les personnes souffrant de déficience auditive ou visuelle.

Les objectifs stratégiques pour ces associations porteuses de projet, sont de sensibiliser les élus et de faciliter la libre circulation du piéton dans l’espace public.

Un objectif réussi

Le maire a passé plus de deux heures avec les associations. «Il connaît bien la question du handicap, assure Odile Le Galliotte. Et il a pu nous apporter beaucoup d’explications sur la politique de la ville concernant les futurs chantiers, dont le parvis de la cathédrale. Un pan incliné permettra par exemple d’entrer par la façade, à l’avenir ». Les représentants des handicapés ont pu aussi évoquer la rue Dessole. «Le pavement rend plus compliqué la circulation en fauteuil, mais le pire, c’est sans doute le mobilier des commerçants ». Sur ce plan aussi, la Ville a engagé des discussions avec les commerçants, tant pour ce qui concerne le passage que l’accès aux magasins. Cette action s’est poursuivie dans d’autres villes du Gers.

POUR ALLER PLUS LOIN

Découvrez l’ensemble des actes des colloques et des publications de la Délégation Ministérielle à l’Accessibilité en cliquant ici.