Telle est l’invitation de l’Appreciative Inquiry pour accompagner l’évolution d’un collectif de travail.

Sa traduction littérale est : l’enquête appréciative. Retenir la formulation « exploration appréciative » serait plus fidèle à la philosophie de cette approche.

Loin de se contenter d’une vision optimiste de l’entreprise, elle ne nie aucunement l’existence de problèmes mais propose de les aborder avec une autre paire de lunettes ; en empruntant un autre chemin : celui de l’exploration des réussites, des succès du collectif. Comme l’approche classique de résolution de problèmes, elle permet d’aboutir à l’émergence de pistes de progrès. Sa singularité porte sur le processus : énergisant, stimulant pour le collectif, loin de l’exercice fastidieux de recherche des causes (qui dérive parfois en quête de coupables).

« Chaque entreprise, homme système a quelque chose qui fonctionne bien, qui lui donne vie, efficacité et assure ses réussites ». David Cooperrider

David Cooperrider est le père de cette approche, née dans les années 1980 à l’université de Cleveland, la Case Western Reserve University. Ce chercheur est parti de constats simples : les gens répondent aux questions qu’on leur pose ; l’orientation de la question peut influencer notablement le ressenti de la personne qui répond.

La réalité dépend directement de ce sur quoi nous nous concentrons 

Nous sommes en effet naturellement programmés pour repérer ce qui dysfonctionne : le système éducatif pousse à mettre en exergue les points de progrès ; notre système normatif est établi pour contrecarrer les anomalies ; nous sommes naturellement compétents pour repérer les difficultés et communiquer dessus… Nos réflexes nous amènent à focaliser sur le dysfonctionnel, quitte à le mettre souvent abusivement en avant et doper à l’excès son importance réelle.

L’Appreciative Inquiry propose de poser un autre regard sur un système, une organisation.  En mobilisant chacun de ses membres autour d’expériences réussies, en se les racontant telles des histoires, cette approche provoque dès les premiers instants quelque chose de surprenant : elle démontre au système toutes les raisons qu’il a de se faire confiance. Ces récits, ce sont des preuves qu’il sait faire et qu’il dispose en lui des ressources et motivations. Cette approche permet ainsi d’accéder au sentiment d’efficacité professionnelle en stimulant deux axes : les compétences et le sentiment de pouvoir y arriver.

Racontez-moi…

Pour que cet impact ait lieu, la recette est de venir mobiliser le langage narratif en libérant la puissance des mots. Pour mettre un mouvement ce système, une porte d’entrée clé est à exploiter : la question ou plutôt l’art de la question !  C’est la bonne question, la question puissante qui va mettre chacun sur la voie appréciative en invitant à se remémorer les ressentis et les compétences mobilisées quand la réussite est au rendez-vous. Elle fera ainsi émerger non pas ce qui est écrit mais ce qui est vécu.

Lorsque des professionnels racontent des expériences réussies, cela les reconnecte aux émotions vécues. Pour la personne qui accueille ce récit, cela active une attitude empathique via la posture mais également grâce aux signes de reconnaissances verbaux ou non verbaux renvoyés. L’ensemble génère ainsi un climat positif, propice à la création et à la mobilisation.

Pour accompagner un collectif, la démarche est classiquement articulée autour de cinq étapes : les 5 D !

Selon la taille du collectif et le sujet de l’accompagnement, un processus spécifique est bien sûr établi.

Au-delà d’un accompagnement collectif participatif, l’Appreciative Inquiry propose aussi des applications dans le recrutement, les entretiens individuels, le coaching individuel ou collectif, une réflexion sur la stratégie…l’orientation scolaire…voire la thérapie de couple

Imaginez-vous débriefer de votre année avec votre manager en partageant le récit de vos réussites. Il ne s’agit aucunement de nier les difficultés rencontrées mais d’aller vous connecter à vos compétences et vos sources de motivation. Testez et vous découvrirez une nouvelle énergie à l’issue de cet exercice annuel !

Un processus de recrutement s’appuyant sur cette approche est bluffant. En invitant les candidats à se raconter au travers d’expériences réussies, l’authenticité s’installe naturellement, très loin d’une description classique d’un parcours via un curriculum vitae. Chacun raconte en vérité et se dévoile réellement ; sans pièges puisque la personne met en lumière des expériences réussies qu’elle choisit de partager.

Dans le cadre d’un coaching, l’Appreciative Inquiry permet de renforcer la confiance en sa capacité d’agir en prenant conscience de ses atouts et des compétences déjà démontrés à l’occasion de succès.

Au-delà de la mise en œuvre d’un plan d’actions, l’Appreciative Inquiry est un cercle vertueux créant les conditions de la réussite. 

Vous souhaitez en savoir davantage sur la dimension appréciative et l’intégrer à vos projets ? Contactez l’un.e des experts Nicomak pour échanger et se former à ce sujet, de manière appréciative bien sûr !