Aujourd’hui favori des modes de management, le terme « leadership collaboratif » est pourtant apparu en 1994 dans un article de la Harvard Business Review. En effet, dans un contexte où les entreprises doivent se recentrer sur leurs ressources humaines pour faire face aux changement sociaux et à la forte concurrence, le collaboratif prend tout son sens. Dans les différentes missions que nous menons en tant que consultant, l’aspect collaboratif est au cœur de notre méthodologie. Nous vous confions donc ici quelques clés de fonctionnement.

Le management collaboratif pour engager les collaborateurs

La plupart des organisations recherchent à renforcer l’engagement de leurs collaborateurs. L’étude de Gallup de 2013 relève un changementengagement de seulement 9% des salariés. Pire : 26% se disent activement désengagés ! Selon une étude de l’IBET, 11 000 euros est le coût qu’engendre par an un salarié désengagé. Bref, il y a quelque chose à faire, et le management collaboratif est une des réponses pouvant être apportées. Le management collaboratif utilise deux leviers pour l’engagement : rendre les collaborateurs acteurs et responsables de leurs missions.

Et concrètement comment cela se traduit ? Le management collaboratif s’immisce au fur et à mesure dans tous les processus de l’entreprise : construction de la stratégie, développement de projets internes variés, incitation à la prise d’initiatives, outils de communication laissant libre l’expression de chacun… Pour nous, la première étape est l’utilisation de l’intelligence collective dans les espaces de discussion. 

Créer ou se réapproprier les espaces de discussion adéquats

En 2014, une étude du cabinet Perfony révèle qu’un cadre français consacre l’équivalent de 16 ans en réunion sur ses 40 ans de carrière ! Il est temps de retravailler ces espaces, et d’ajuster leurs méthodes d’animation afin qu’elles soient constructives. Dans la conduite du changement, les réticences sont inévitables : personne n’aime le changement. Pour désamorcer ces résistances, deux postures semblent essentielles : l’écoute et la co-construction de solutions. Les espaces de discussions doivent alors être séquencées par un temps d’échanges et un temps de travail collectif sur les thématiques qui semblent clés.

collaboratif participationPrenons l’exemple d’une réunion dite « collaborative » : elle va permettre à chacun d’exprimer l’avancement de son travail et les problématiques rencontrées. L’ensemble des participants peuvent alors réagir en apportant des propositions de solutions. Une prise d’engagements individuels et collectifs est ensuite primordiale avant de clôturer la réunion pour assurer un suivi et une réelle mise en place des solutions choisies. Pensez à adopter ce fonctionnement tant pour les entretiens individuels que pour les séminaires d’entreprise et pour tous les espaces de dialogue mis en place dans votre organisation.