La QSE en quelques mots

QSE renvoie à Qualité – Sécurité – Environnement. Le sigle désigne une démarche volontaire et d’amélioration constante de la qualité des produits et services, de la sécurité des employés et de l’impact environnemental des entreprises. Celles-ci s’engagent à mener des actions managériales en faveur de ces trois pôles.

Les dirigeants d’entreprises et les parties prenantes ont pour but d’intégrer ces trois axes dans leur stratégie globale d’entreprise et dans leur management, tout en prenant en compte les contraintes et les risques économiques et/ou sociaux qui leur sont spécifiques. Au quotidien, cela passe par un respect du « capital humain » et de l’environnement.

Les obligations légales de l’entreprise en matière de QSE

Toute démarche QSE s’appuie sur 3 normes constitutives de la responsabilité sociale des entreprises (RSE).

– Pour la qualité : la norme ISO 9001 
– Pour la sécurité et la santé au travail : la norme ISO 45001 
– Pour le management environnemental : ISO 14001

Ces 3 normes possèdent des parties communes. Elles s’intègrent toutes dans l’ensemble des normes liées à la RSE. Le responsable QSE et/ou le dirigeant d’entreprise se basent sur ces textes référentiels tout en prenant en compte les documents juridiques courants, comme le code du travail par exemple. 

Les normes ISO se référant à la qualité, à la sécurité au travail et au respect de l’environnement ne sont pas des lois. Elles sont publiées dans le but d’encadrer et d’encourager la démarche volontaire des entreprises. La certification QSE, délivrée par l’AFNOR, récompense les organismes qui mettent en place des actions QSE pertinentes.

Obtenir la certification QSE de l’AFNOR

Pour certaines entreprises, obtenir cette certification est un besoin. Parce que le marché concurrentiel ou la situation économique l’exigent, la mise en place d’une politique QSE durable est pour elles une priorité. 

D’autres développent une démarche QSE par conviction, même si celle-ci n’est généralement pas exempte de stratégie. Cela peut être le cas d’une société qui souhaite asseoir sa notoriété en misant sur la qualité, et améliorer son image de marque par la même occasion. 

Quelque- soit la situation de l’entreprise, être certifié est le meilleur moyen de prouver que des actions QSE sont mises en place au quotidien.

Mettre en place une démarche QSE : pensez stratégie !

La mise en place d’une démarche QSE passe par un management orienté vers des résultats en faveur de la qualité, de la sécurité et de l’environnement. Elle dépend donc avant tout de l’engagement du dirigeant d’entreprise.

Dans un premier temps, son rôle va être d’identifier des objectifs précis à atteindre. Il devra également souligner les risques et les dysfonctionnements que l’entreprise rencontre, en les confrontant aux référentiels ISO.

De ce fait, pour être efficace, la politique QSE d’une entreprise doit totalement s’intégrer à sa stratégie globale de développement. De plus, le respect des normes apporte à l’entreprise des défis d’ordres technologique, socio-économique, écologique etc… qui la poussent à aller toujours plus loin dans la recherche de performance !

Les politiques QSE sont alors vectrices de valeurs pour la stratégie de l’entreprise. Par exemple, installer une politique de développement durable dans l’entreprise est aussi intéressant pour l’image de marque que pour la qualité des produits et services. C’est une politique qui valorisera également le personnel en l’intégrant pleinement, et qui séduira le client final !

Les outils du management QSE

Un bon management QSE s’appuie sur des outils de pilotage adaptés, comme le tableau de bord stratégique ou encore la cartographie. 

Le management QSE repose aussi sur un processus commun d’amélioration continue et de progrès. La roue de Deming illustre parfaitement ce processus. Elle est pour cela utilisée pour construire la démarche managériale QSE.

Il s’agit d’une roue qui repose sur une pente montante, celle du progrès. Elle est divisée en 4 parties :

1. Les actions à mettre en place pour avancer dans la démarche QSE. 

2. Les objectifs définis au regard de la stratégie globale. 

3. Les résultats et les indicateurs. C’est-à-dire toutes les données apportant des indications sur l’état d’avancement de la démarche. 

4. La mise en œuvre. En bref, tout ce qui est fait au quotidien dans l’entreprise pour répondre aux objectifs formalisés.

Ces outils vont permettre au responsable de la mise en place de la politique QSE de croiser les objectifs généraux de l’entreprise avec ceux liés aux questions de sécurité, de qualité et de responsabilité environnementale. Les différentes parties prenantes auront plus de facilités à intervenir sur les questions QSE. Rappelons qu’une politique QSE ne peut pas être durable si elle ne s’appuie pas sur la réalité de l’organisation dans laquelle elle évolue.

Ses bénéfices :

Pour tous les types d’entreprises, les bénéfices de la mise en place d’une démarche QSE sont nombreux. Outre le fait qu’elle améliore la satisfaction client, qu’elle renforce la qualité et la conformité des produits et des services et qu’elle inscrit l’entreprise dans une démarche durable qui booste sa performance, la politique QSE présente des avantages financiers, sociaux, voire commerciaux. En voici quelques exemples : 

Les avantages de lier qualité, sécurité et environnement au sein d’un même pôle

Les modes opératoires de la qualité, de la sécurité ou de l’environnement étant dans bien des cas connexes, les appréhender dans un même temps vous évite des redondances voire des incohérences. La communication QSE est facilitée par ce type de management. Que ce soit pour l’organisation de formations ou la modification de documents de références, le responsable QSE peut s’organiser de manière transverse en traitant les 3 pôles simultanément.

Les avantages techniques

– Posséder une certification QSE peut vous permettre d’être crédible auprès d’une clientèle plus large. 

– Améliorer la qualité des processus vous permet d’augmenter la productivité de l’entreprise à tous les niveaux, et donc d’obtenir de meilleurs résultats. 

– Un plan d’action spécifique à la gestion des risques vous permet évidemment de les éviter et donc de réduire les erreurs, de gagner du temps… et de l’argent.

Les avantages liés aux valeurs de l’entreprise et son éthique environnementale

– Vous améliorez progressivement le climat social entre les salariés. Ces derniers se sentent alors plus investis et gagnent en productivité. 

– La démarche QSE installe un sentiment de confiance chez vos clients. Vous les fidélisez plus durablement. 

– La politique de l’entreprise étant clairement définie, le respect des engagements énoncés renforce donc sa crédibilité. 

– La communication, qu’elle soit interne ou externe est facilitée par un discours construit et pertinent.

Les avantages économiques

– La recherche de la conformité du produit ou du service induit une meilleure maîtrise des coûts. 

– La réduction des accidents ou arrêts de travail permet de mieux maîtriser à la fois les coûts directs et ceux des cotisations. 

– Les exigences réglementaires étant respectées, l’entreprise évite les coûts liés aux sanctions.

Cette liste de bénéfices n’est évidemment pas exhaustive. Elle vise à comprendre l’impact positif de la mise en place d’une démarche QSE sur tout le fonctionnement de l’entreprise. En réalité, les avantages s’entrecroisent, qu’ils soient environnementaux, économiques ou sociaux. Ils répondent à l’objectif global QSE, qui est d’améliorer la performance des entreprises sur le long cours, et ce de manière durable et responsable. Cela passe évidement par une adaptation de la stratégie d’entreprise à tous les niveaux.